Accueil Secteur Bressan Astroboules Ecole de Boules Club sportif Concours Nous Contacter

Portraits de joueurs joueuses bénévoles ou dirigeants du secteur bressan :

29ème portrait Bruno CHATELAIN président de l’amicale boule des Côtes à Péronnas (voir la photo)

1) A quel âge as tu commencé la boule lyonnaise et où ?

J’ai commencé les boules à l’Age de 40 ans à la boule des Côtes de Péronnas sous la houlette du regretté Dédé Duclos.

2) Pourquoi et comment es tu venu à la boule lyonnaise ?

Je m’y suis mis vraiment quand je suis arrivé à la retraite car étant artisan je n’avais pas souvent le temps de jouer à part le fédéral et Bellecour que j’adore faire avec les copains.

3) Quel est ton meilleur souvenir ?

Les meilleurs souvenirs je n’ai pas grand-chose, à part avoir perdu 2 fois à la partie qualificative au fédéral pour les Frances quadrette,

Mais je suis assez fier d’être retourné 2 fois le dimanche à Bellecour 2 ans de suite et avec les mêmes joueurs Franck Morel, jean Paul Chavel, Eric bouvard et la « puce » Jean Claude Ecochard ainsi que « mouniot » Jean Paul Perrin.

Mais le plus beau « rire » c’est le grand prix vétéran de Meillonnnas que j’ai remporté avec les 2 Gégés Gérard Colignon et Gérard Brazier associé à Jean Paul Chavel

nous avions Fait de très belles parties et tout cela dans la bonne humeur, une très belle journée très  « conviviale ».

4) Quelle est ton épreuve préférée ?

J’aime bien le double, mais j’adore le quadrette surtout avec les copains et comme je te l’ai dit plus haut j’adore aller faire bellecour pour jouer contre des joueurs que tu ne connais pas, cela nous change un peu.

5) A ton avis que faudrait-il faire pour améliorer ou simplifier ce sport ou as-tu une conclusion pour cet entretien ?

C’est dommage que les concours du weekend end se perdent et ne sont jamais complets, les gens n’arrivent jamais à l’heure et s’inscrivent  toujours au dernier moment.

Pourquoi ne pas essayer de faire des concours 3 parties  en système aurard sur 1 après midi et faire 1 finale ainsi que les parties de classement, les joueurs pourraient faire 4 parties et cela garderait du monde pendant tout le concours. Ce qui éviterait bien souvent des demi-finales bâclées.

Anecdote : c’est juste un petit truc marrant, j’espère que Puce ne m’en voudra pas. En rentrant un samedi soir de Bellecour où l’on avait gagné le droit de revenir le lendemain, nous étions en train de boire un coup avec Franck et Jean Paul, quand la Puce nous a certifié qu’il avait vu des avions voler en marche arrière, je penses que l’émotion l’avait envahie.

Merci pour avoir pensé à moi et je te félicite pour ta médaille de bronze que tu mérites à mon avis.

28ème portrait Guy LACROIX président de l’Etoile Bouliste de Meillonnas (voir la photo)

1) A quel âge as tu commencé la boule lyonnaise et où ?

J’ai commencé à 14 ans au Pressoir, où la ville de Bourg possédait 2 jeux à côté de ceux du Café des Quatre Vents

2) Pourquoi et comment es tu venu à la boule lyonnaise ?

Dans le quartier, il y avait beaucoup de boulistes, tous les cafés avaient des jeux de lyonnaise, on jouait tous au rugby et aux boules, j’y suis venu naturellement avec les copains. Lorsqu’il y avait des concours, ceux-ci se déroulaient dans tous les jeux des Cafés (4 Vents, Badoux, Vélon), plus ceux de la ville et ceux de la JL. En sortant du boulot en début d’après-midi on allait jouer sur les jeux du Champ de Foire (à l’emplacement de l’actuel Cinéma l’Amphi).

3) Quel est ton meilleur souvenir ?

J’en ai beaucoup, quand j’étais jeune, je me souviens d’une partie à la JL où j’ai tiré le but 14 fois et où je l’ai tapé 14 fois. J’ai fait plusieurs championnats de France en 3è (Dijon, Mâcon, Chambéry), j’en ai fait 2 en vétérans (Objat et Epinal), je suis allé en demi-finale en vétérans à Bellecour en 2018.

Mes meilleurs souvenirs sont ceux des années où j’ai joué en National avec Gilbert BOUVIER, Pascal HANTZ, Henri CLERC et Daniel JACQUET (de 2006 à 2009), où nous avons rencontré des équipes du top 16 (CHEVIET, BERTHET), nous avons gagné 2 concours à Bourgoin Jallieu, et je me souviens aussi d’un quart de finale à Andrézieux-Bouthéon où sans l’entrée de Berthet, nous aurions pu battre Cheviet.

4) Quelle est ton épreuve préférée ?

La buvette (sourire), non je n’aime pas jouer en simple, avant j’aimais bien jouer en doublette mais maintenant je préfère jouer en quadrette.

5) A ton avis que faudrait-il faire pour améliorer ou simplifier ce sport ou as-tu une conclusion pour cet entretien ?

Pour avoir des résultats, il faut jouer régulièrement et être en forme, mais il manque des jeunes pour prendre le relais au tir. Il faudrait remettre en vigueur certaines règles du passé qui étaient plus rigoureuses.

Anecdote : Au Fédéral en 2001, je jouais la partie qualificative avec Jean-Paul et Daniel JAYR (décédés) et Joseph SIEGLER, l’équipe adverse d’Oyonnax comptait 5 joueurs, et l’un d’entre eux a dit « je rentrerai à la partie d’après », cela nous a piqué au vif et nous les avons « bagués » en 5 mènes.

27ème portrait le couple bouliste Lydie et Maurice GRENIER de Ceyzériat (voir la photo)

1) A quel âge avez-vous commencé la boule lyonnaise et où ?

Lydie : J’ai commencé avec l’UFOLEP à la JL, mais le début s’est vraiment fait en 1997 à Ceyzériat

Maurice : J’ai attaqué la boule lyonnaise en minime à l’âge de 10 ans aussi en UFOLEP à la JL puis je suis parti à Ceyzériat

2) Pourquoi et comment êtes vous venus à la boule lyonnaise ?

L : Je suivais Maurice dans les concours et 1 jour il manquait une personne, je l’ai remplacé et c’était parti, je jouais beaucoup à la pétanque. Et du coup j’ai tout arrêté pour jouer à la lyonnaise, je me suis dit la pétanque c’est terminée et je n’ai plus rejoué.

M : J’étais licencié à la JL en UFOLEP ce qui nous permettait de faire beaucoup de sport, à l’époque je faisais du basket avec Gérard Bon, Christian Mignot et Mr Poupon notre manager nous faisait jouer aussi aux boules et à la pétanque.

3) Quel est votre meilleur souvenir ?

L : Le meilleur c’est le titre de championne de l’Ain triple en 2016 F1/F2 avec Christiane Piromali, Christiane Badoux et Josette Loisy nous avions battu toutes les favorites en faisant de très belles parties et ont s’était qualifiées pour L’Arbresle. J’ai fait d’autres France en 2014 Chambéry (Sylvaine Gailleton, Christiane Piromali et Isabelle Subtil) et 2017 Albertville (Micelle Vion, Dalila Vandenberghe et Josiane Filliat et en 2007 mais là je jouais avec des hommes : Jean Yves Subtil, Michel Péron et Maurice, beau souvenir aussi.

: Mon « titre » de s/champion de France UFOLEP en 1987 à Bourg en Bresse, je jouais avec Jean Paul Hertrich, Gilbert Merlo, Georges Pilloud, on s’était qualifiés pour aller jouer à Wingles dans le Pas de Calais. Je retiendrais aussi le France en 2007 ou je m’étais qualifié avec Lydie, ce n’était pas souvent qu’un mari se qualifiait avec sa femme.

En 2012 je suis aussi allé à Vichy avec Michel Gouttefangeas, Laurent Guillot et mon compère Jean Yves Subtil.

4) Quelle est votre épreuve préférée ?

: J’aime bien le triple féminin et la quadrette car cela me convient mieux je trouve

: Moi c’est plus le double car cela me permet de jouer avec Lydie car on s’entend bien, et faire des quadrettes avec les copains tout en gardant le sérieux et l’esprit de gagne quand même.

5) A votre avis que faudrait-il faire pour améliorer ou simplifier ce sport ou avez-vous une conclusion pour cet entretien ?

L : Faire un peu plus de concours officiels mixtes et je trouve dommage que le concours féminin ne soit pas toujours complet

M : Faire venir les jeunes avec des initiations au tir sportif et faire de notre sport un sport qui soit médiatisé comme la pétanque on ne voit que ça sur L’équipe 21.  

Anecdote :

L : Lors d’un concours à Conliège avec Maurice nous avions gagné les deux 1ères, on attendait sur le jeu quand 2 « joueurs » sont arrivés en me regardant, et limite en me méprisant « ben cela ne vas pas durer longtemps » a dit l’un d’eux, et en effet 4 passes plus tard on les avait « bagués » j’avais le sourire jusqu’au menton.

: je reviens sur le chpt France UFOLEP de Wingles, nous étions tombés contre une équipe de Liévin que l’on avait battu à la 1ère et on s’était jurés de se retrouver en finale c’est ce qui s’est passé, mais malgré notre défaite on avait noué une bonne amitié, si bien que 2 ans après nous nous sommes qualifiés à Liévin avec Jean Valette, jean Pierre Laurier et notre regretté ami Henry Comparat que l’on surnommait aussi ’’15/14’’, et nos amis nous ont pris en charge de A à Z pendant tout le championnat, cela me restera un magnifique souvenir.

Merci pour cette petite interview, nous souhaitons à tous nos amis boulistes et autres une bonne et heureuse année 2021.

26ème portrait Carmen ROUX licenciée de Polliat et partenaire depuis de nombreuses années du Secteur Bouliste Bressan (voir la photo)
1) A quel âge as tu commencé la boule lyonnaise et où ?

J' ai débuté la boule lyonnaise il y a 12 ans maintenant  à Polliat.

2) Pourquoi et comment es tu venue à la boule lyonnaise ?

J'ai attaqué bizarrement, je participais tous les ans à la journée pétanque des pompiers de Polliat avec mon mari Jean Pierre, et j'ai côtoyé Jojo Coldonnat président de Polliat qui nous a invité à la journée côtelettes des boules, il  nous a demandé de venir faire un essai à la boule lyonnaise , nous sommes venus, j'ai essayé et adhéré toute de suite.

3) Quel est ton meilleur souvenir ?

Mon meilleur souvenir c'est mon 1er championnat de France triple à l'Abresle en 2014, je jouais avec Sylviane Girard et Laury Dodard, il faisait un temps pourri en plus, j'étais très stressée mais très fière d'y participer et de cette expérience, j'ai beaucoup appris.

4) Quelle est ton épreuve préférée ?

Je n'aime pas du tout le double pourquoi je ne sais pas cela ne s'explique pas, un peu le simple, mais j’aime surtout le triple et les AS féminins avec ce bon esprit de groupe et d'équipe qu'il y a entre les joueuses ainsi que les très bonnes 3emes mi-temps passées avec nos adversaires.

5) A ton avis que faudrait-il faire pour améliorer ou simplifier ce sport ou as-tu une conclusion pour cet entretien ?

Prendre plus en considération la base féminine F3/F4, avec peut-être plus d'organisation de concours, 
Que ce sport continue avec les mêmes valeurs : Convivialité Amitié et Sympathie 

Anecdote : 
Lors d' un grand prix Dynacité qui se déroulait à l'Astroboules, le CBDA qui était l'organisateur avait ''oublié'' que les parties allaient finir tard et nous avons terminé notre partie avec les lampes de nos téléphones par très marrant, de plus l'arbitre est venu nous voir en nous disant ''c'est là qu'on voit les meilleures joueuses'', on en rigole maintenant mais sur le coup on était rouge de colère. 
Merci d'avoir pensé à moi en espérant vous retrouver le plus vite possible sur les jeux.


25ème portrait 25 décembre Patrick SINARDET dit « TONTON » nouveau Président de Viriat (voir la photo)

1) A quel âge as tu commencé la boule lyonnaise et où ?

J’ai vraiment commencé la boule lyonnaise à l’âge de 45 ans à Viriat après avoir joué longtemps au rugby.

2) Pourquoi et comment es tu venu à la boule lyonnaise ?

Pourquoi j’ai commencé les boules, et bien le weekend nous allions souvent chez mon oncle Léon qui était le frère jumeau de mon papa Gaby, et qui est le papa de mon cousin Thierry SINARDET qui joue maintenant à Meximieux, nous allions jouer sur les jeux de St Rambert en Bugey le long de l’Albarine, mon cousin y organisait d’ailleurs un joli concours, c’était de bons moments.

Le boulot et le rugby (j’ai été joueur puis entraineur à Viriat) ont fait que j’ai dû arrêter pendant une période, mais avec le rugby j’ai côtoyé notre Ami Roger Robin qui m’a fait reprendre ma licence ce que j’ai fait tout naturellement car je retrouvais les mêmes valeurs aux boules qu’au rugby, je suis devenu trésorier et maintenant président il y a peu du club de Viriat.

3) Quel est ton meilleur souvenir ?

Le meilleur souvenir c’est incontestablement la qualif au France en 2006 au Puy en Velay 3eme D je jouais avec le regretté Daniel Parisot, Lilian Paris, Pascal Leger « dit LAPIN »et Roger Robin qui n’avait malheureusement pas pu venir suite au décès de son épouse Danielle la veille du départ.

Au fédéral à la bonne nous avions battu l’équipe de Roger Fructus, puis perdu. Nous avons perdu en 1/4 contre l’équipe du faubourg Glaudon qui avait été champion de l’Ain d’ailleurs mais j’y reviendrais dans l’anecdote,

Au Puy nous avions perdu en 16ème contre l’équipe bourgeois de Dommartin avec quelques regrets, mais après nous avons fait un parcours sans faute à la buvette, il me semble que tu y étais d’ailleurs avec ton frère Martial (sourire)

4) Quelle est ton épreuve préférée ?

J’aime bien le quadrette car on joue en équipe donc c’est sympa, mais maintenant que je suis vétéran, je me fais plaisir avec des copains en faisant les concours vétérans et les petits casse-croute ‘’gastronomiques qui vont bien’’, j’aime aussi le simple car il faut savoir te débrouiller seul, mais je ne tire presque pas donc ce n’est pas facile

5) A ton avis que faudrait-il faire pour améliorer ou simplifier ce sport ou as-tu une conclusion pour cet entretien ?

Je souhaite de tout cœur que cela reprenne vite car les boules nous manquent je pense que pour jouer en boulodrome cela risque d’être compliqué pour début 2021, il va falloir attendre ce printemps à mon avis, et il faudra que les nouveaux membres de la fédé mais aussi les AS trouvent un système pour faire venir des personnes aux boules sinon notre sport va se mourir à petit feu.


Anecdote : Apres la qualification acquise, nous avions bu un peu trop longtemps l’apéro et nous sommes arrivés sur le jeu, l’arbitre nous signale que nous étions menés 0 à 7 , donc nous lui avons répondu 0 à 7 cela ressemble à BUVETTE, donc nous sommes retournés arroser notre qualif sans jouer .

Je te remercie d’avoir pensé à moi je souhaite à tous les boulistes une bonne fin d’année en espérant que l’année 2021 soit meilleure.

24ème portrait 18 décembre Franck Morel président de l’amicale boule de SERVAS (voir la photo).

1) A quel âge as tu commencé la boule lyonnaise et où ?

J’ai débuté à l’âge de 15 ans, puis j’ai arrêté et repris en 1989 environ à Servas dont je suis le président maintenant depuis 2002.

2) Pourquoi et comment es tu venu à la boule lyonnaise ?

Je suis venu à la boule lyonnaise grâce à mon père Georges et son ami René Sibelle qui y jouaient un peu, moi j’y allais surtout pour faire les complémentaires avec mes copains, histoire de se faire plaisir et surtout faire la fête, car les boules c’était un peu cela avant. Mais je prenais surtout ma licence pour aller faire le fédéral avec mes potes car j’adorais cette ambiance amicale et festive (voir l’anecdote).

3) Quel est ton meilleur souvenir ?

Mon meilleur souvenir personnel en tant que joueur, c’est mon titre de champion de l’Ain 3eme division Double en 2009 avec « LOLO » Laurent Daujat et la « PUCE » Jean Claude Ecochard, on s’était qualifiés pour Thonon et on avait perdu en 16eme de Finale.

J’en ai un 2eme mais là c’est en tant que président, j’étais très Emu et très Fier d’avoir 2 équipes en finale du fédéral en 2016, 1 en 4eme D avec Damien et Bertrand Nomézine, Bellevrat.P, Thierry Jacobs et notre regretté et Ami « PACCAUD » Pascal Henry (ils ont perdu en finale), et 1 en 3ème D avec Nicolas Pèchoux, Greg Chabot, Quentin Parent, Alex Janin et Jean Paul Perrin DIT « Mugnot » qui se qualifiait pour son 1er Championnat de France c’était à L’Abresle (et ils sont devenus champions de l’Ain), que de belles émotions ce jour-là.

4) Quelle est ton épreuve préférée ?

J’aime bien le double car la jouerie est très intéressante, mais j’aime surtout jouer pour me faire plaisir avec des copains.

5) A ton avis que faudrait-il faire pour améliorer ou simplifier ce sport ou as-tu une conclusion pour cet entretien ?

Je trouve que les concours durent trop longtemps maintenant, qu’il faudrait réduire le temps entre les parties ou de diminuer le temps de jeu.

C’est bien dommage que les organisateurs n’organisent plus de complémentaires ce qui garderait un peu plus les joueurs dans les concours et surtout la convivialité.

Que les jeunes s’investissent dans les AS c’est primordial pour notre survie.

Anecdote :

C’est lors d’un fédéral 3eme qui était délocalisé à st Denis les Bourg, car il y avait des travaux au parc Ainterexpo, nous avions rejoint la buvette en à peine 1/2 heure de jeu car « Bagués » en 3 mènes je me rappelle que l’on avait battu sur ce coup-là ’’BUVETTE’’ d’une minute, L’équipe du regretté Daniel Nomézine Dommartin qui avait été aussi « Baguée » eux en 3 mènes.

Merci pour ce petit clin d’œil.

23ème portrait 11 décembre Jean Claude Chaplain dit « CHARLY » Meillonnas, trésorier du secteur depuis plus 30 ans (voir la photo)

1) A quel âge as tu commencé la boule lyonnaise et où ?

Après avoir joué longtemps au rugby à l’USB (Champion de France 2ème division en 1968) puis au SAB, je suis venu un peu par hasard à la boule lyonnaise à l’âge de 35 ans environ. (Voir l’anecdote).

2) Pourquoi et comment es tu venu à la boule lyonnaise ?

1 ou 2 joueurs de mon équipe y jouaient pour s’amuser et j’ai voulu essayer et du coup pratiquement tous les lundis soir ont allait faire une partie ou deux et ont cassait la croûte après, c’était d’excellents moments, à cette époque ont allait jouer au café Déliot, à la boule du stand en bas de la forêt de Seillon ou à la boule des 4 vents chez Annette.

3) Quel est ton meilleur souvenir ?

Mes meilleurs souvenirs, j’en ai 1 ou 2 : mon 1er championnat de France à Aix les Bains, je jouais avec les regrettés ‘’callien’’ Josserand, Dédé Maitre et Noel Pirvet, nous avions perdu en 16ème de finale je ne me souviens plus de l’année, j’en ai fait un 2ème mais la mémoire me fait défaut, je ne me rappelle ni du lieu ni des joueurs je m’en excuse auprès d’eux.

Mais le plus beau à ce jour c’est la finale de Bellecour 3ème division en 2009 avec Fabrice Beaupellet, Jean Paul Hertrich, Florian Calard et Régis Michon que je remercie de m’avoir embauché pour cette belle aventure que je n’oublierais jamais avec un peu de regrets car on aurait pu la remporter.

4) Quelle est ton épreuve préférée ?

Je préférais le double avant quand je pouvais tirer, mais les années rugby ont fait que mes chevilles et mes genoux ont beaucoup soufferts, donc plus possible pour moi d’en jeter en l’air, je joue donc principalement en quadrette avec les copains ou avec les gens qui me le demandent.

5) A ton avis que faudrait-il faire pour améliorer ou simplifier ce sport ou as-tu une conclusion pour cet entretien ?

Ben je suis un peu comme tous les autres camarades que tu as interviewé avant, faire venir les jeunes et surtout les garder, mais je sais que c’est très compliqué car ils ont trop de loisirs ce que nous, nous n’avions pas avant.

Garder cette ambiance de famille qui nous va si bien, continuer à se faire plaisir et à s’amuser tant que l’on pourra le faire.

Pour les compétitions je trouve qu’il faudrait être plus sévère avec les joueurs qui n’ont pas leur tenue, car je ne trouve pas normal de ne pas être habillé pareil quand on arrive sur un jeu.

La disparition des clos à fait vraiment un mal fou à notre sport, on ne peut plus faire une partie après 17H30 dans un clos comme avant à la sortie du boulot bien dommage.

L’anecdote : pour la finale du Championnat de France de rugby, on a joué contre Montluçon, mais malgré leur défaite nous sommes restés Grands Amis, et le ‘’BAB’’ Alibert avait organisé l’année d’après le match de l’amitié.

Ils sont arrivés le matin, mais l’apéro et le bon repas ont fait qu’il nous a été pas possible de jouer au rugby l’après-midi, nous nous sommes donc retranchés à la forêt de Seillon à la boule du stand et nous avons fait des parties de boule lyonnaise, ce fut une journée mémorable et c’est donc comme cela que j’ai commencé à jouer à la lyonnaise.

Merci de m’avoir fait ce petit mot très sympa et je m’excuse encore pour mes petits trous de mémoire.

22ème portrait 4 décembre Bruno Broyer Dit « BAUCUSE » (voir la photo)

1) A quel âge as tu commencé la boule lyonnaise et où ?

J’ai débuté la boule lyonnaise à l’âge de 8 ans à Lent, avec l’école de boules et tous les mercredis nos managers, Paul Fettet et René Berthiod nous emmenaient au Parc Des Expos pour parti-

ciper à un entraînement collectif avec les différentes écoles de boules du secteur. A l’époque il y avait déjà Martial Piguet, Éric Couard, Jacky Chabot, Martial Filliat, Luc Cézard et d’autres que

j’oublie. Je me rappelle que Claude Taponnard très grand joueur de l’époque (vainqueur de Bellecour en 2D entre autres) venaient nous conseiller.Nous allions même faire des concours à St Priest

et Vénissieux avec les adultes car avant nous avions le droit.

2) Pourquoi et comment es tu venu à la boule lyonnaise ?

Mon père Elie ou Paul selon comment les gens l’appelaient et mes 2 frères Jacques et Maurice y jouaient déjà, je les ai donc accompagnés naturellement, Maurice habite maintenant à Mayotte, il a donc arrêté de  jouer.Mon père avait mème un challenge à son nom qui a été repris plus tard par mon frère Jacques. Et nous nous entraînions tous les samedis et dimanche après-midi avec l’énorme MONSIEUR qu’était Henry Dughéra avec qui j’ai beaucoup appris, cela se passait au clos personnel de Jean Marie Chardon.

3) Quel est ton meilleur souvenir ?

 Je n’ai pas trop de souvenirs marquants, mais j’adorais faire le fédéral, c’était la compétition que tout le monde attendait surtout les jeunes, mes années cadet restent de bons moments, j’y reviendrai à la fin pour mon anecdote.

Et bien sur quelques 3èmes mi-temps mémorables et sympathiques.

4) Quelle est ton épreuve préférée ?

J’aime bien le simple car c’est plus mon élément, je peux faire ce que j’ai envie pour la tactique et si je perds et bien c’est de ma faute, mais j’aime bien aussi le quadrette avec de bons copains, car l’essentiel c’est de s’amuser et de passer de bons moments sur et en dehors du terrain. J’attends toujours le fédéral avec attention.

5) A ton avis que faudrait-il faire pour améliorer ou simplifier ce sport ou as-tu une conclusion pour cet entretien ?

Pour améliorer un peu le système je voudrais que l’on réduise les concours vétérans la semaine et surtout qu’ils prennent des points pendant les concours, car les concours des week-ends ne sont plus complets et cela est bien dommage.

De faire évoluer les jeunes avec les adultes comme cela ce faisait avant, mais bien sur en les encadrant.

Ce qui est bien dommage aussi, c’est que les clos de village et dans les villes disparaissent tous les uns après les autres.

Je terminerai en disant qu’il faut continuer à garder cet esprit Famille, Amitié et Convivialité.

J’en viens à mon anecdote : c’était lors d’un fédéral cadet au parc des expos, je jouais avec le regretté Franck Boulanger, Christian Buellet et Martial Filliat, nous jouions les 1/8 èmes de finale, partie qualificative pour le championnat de France, nous menions 8 à 0, à l’époque les parties allaient en 11 points ou 1h45 de jeu, notre président et manager René Berthiot était sur de notre victoire tellement ont jouait bien, qu’il est allé acheter des maillots (avec son propre argent) pour la suite de la compétition et quand il est revenu nous avions perdu 11 à 8 en 3 mènes, je ne te dis pas comment s’est passé le retour à Lent ont est montés les 4 derrière dans la voiture.

Merci beaucoup d’avoir pensé à moi et surtout prenez soin de vous.

21ème portrait 27 novembre Gérard BRAZIER président de ST ANDRE SUR VIEUX JONC. (Voir la photo)

1) A quel âge as tu commencé la boule lyonnaise et où ?

J’ai débuté la boule lyonnaise à Montracol à l’âge de 13 ans et j’en ai maintenant 69. Et j’ai ma licence depuis 54 ans à St André, dont je suis le président depuis 4 ans j’ai succédé à mon grand ami Gérard Colignon.

2) Pourquoi et comment es tu venu à la boule lyonnaise ?

Mes 2 frères André et Maurice y jouaient et comme je ne faisais aucun sport, je les ai suivis tout naturellement.

3) Quel est ton meilleur souvenir ?

Je n’en ai pas beaucoup mais mon plus beau souvenir pour « l’instant », j’ai été champion du lyonnais quadrette à Belley en cadet seulement 2 ans après avoir commencé à jouer, je jouais avec le regretté Goyet Bernard, Maurice Gonin, Patrice Pelletier et Bernard Pennot qui est toujours licencié à St André/Vieux Jonc.

Et le 2ème ce n’est pas grand-chose mais il me tient à cœur, c’est quand j’ai gagné les éliminatoires (qualificatifs maintenant) double 4ème avec Alain Jacquet nous avions fait un très joli concours.

4) Quelle est ton épreuve préférée ?

J’adore le double car je trouve que c’est le meilleur jeu tactique qu’il y ait, le simple aussi mais je tire un peu moins maintenant donc cela ne me motive pas plus que cela.

5) A ton avis que faudrait-il faire pour améliorer ou simplifier ce sport ou as-tu une conclusion pour cet entretien ?

Faire revenir les jeunes à la compétition bien sûr, mais aussi dans les bureaux car nous vieillissons et j’ai peur que des AS arrêtent à cause de cela.

Malheureusement il y a 3 ans ont avait lancé l’initiation avec le scolaire de st André/Vieux Jonc mais cela n’a pas duré faute d’éducateurs, dommage.

Je parlerais aussi du bénévolat car cela se fait très rare aussi dans les As mais aussi au Secteur et au Cbda ou j’entame ma 16ème saison en tant que bénévole à l’intendance, mais je ne regrette pas que tu m’aies embringué dans cette aventure car on bosse dur mais on passe des bons moments d’amitié de convivialité. J’aime bien aussi venir supporter les filles en club.

Merci de ton appel cela m’a fait plaisir et j’espère que l’on pourra bientôt rejouer.

20ème portrait 20 novembre Marie Thé KOWAL de St Denis les Bourg (voir la photo)

1) A quel âge as tu commencé la boule lyonnaise et où ?

J’ai commencé la boule lyonnaise il y a 15 ans à Tossiat, je suis actuellement et depuis 10 ans licenciée à ST DENIS LES BOURG ;

2) Pourquoi et comment es tu venue à la boule lyonnaise ?

Je suis venue aux boules bizarrement, un jour que je me promenais sur Tossiat,  je suis passée devant le clos et j’ai vu des personnes qui jouaient, j’ai fait ma curieuse je suis allée voir, tout de suite on m’a demandé si je voulais essayer, ce que j’ai fait cela m’a bien plu, j’y suis retournée le dimanche suivant puis un autre dimanche et du coup j’ai pris ma licence.

Il faut dire que j’arrivais des ARDENNES (Charleville Mézières) où ce sport n’étais pas connu.

3) Quel est ton meilleur souvenir ?

Le meilleur de mes souvenirs, c’est le championnat de France Simple en 2013 à DARDILLY, j’ai perdu au barrage mais c’était une très belle expérience.

Le 2eme c’est le championnat de FRANCE triple à Chambéry avec Josette Loisy, Catherine Paris et Valérie Pin

Et enfin le 3eme c’est le chpt de FRANCE à Aurillac avec toujours ma fidèle Catherine Paris, Evelyne Guy et Christiane Badoux, les résultats n’ont pas été brillants mais nous avons bien rigolé

4) Quelle est ton épreuve préférée ?

J’adore le simple car on joue avec 4 boules c’est mieux pour se régler, on joue sans se faire « disputer » et on fait le jeu que l’on veut et si tu perds tu ne t’en prends qu’à toi même, mais j’aime bien le double aussi.

Le système OPEN me plait bien car il y a de l’enjeu ce qui me motive plus avec cet esprit de compétition.

5) A ton avis que faudrait-il faire pour améliorer ou simplifier ce sport ou as-tu une conclusion pour cet entretien ?

Je trouve qu’il faudrait parler plus des filles surtout des F3 et F4 on ne voit plus ou pas assez les résultats des concours sur le journal et sur le site (ndlr : si nous n’avons pas les résultats et photos on ne peut pas les mettre sur le site),

avoir les dates des rencontres des AS féminins à l’avance comme chez les hommes car pour nous personnellement c’est difficile d’établir un calendrier.

Je terminerai par une petite anecdote : pour le 64 simple du concours Gilles Robin il y a 3 ou 4 ans, je jouais la 1ére contre Boffeli, j’ai perdu 5 à 7 au bout des 1h30 de jeu mais je me rappelle qu’il y avait une trentaine de personnes qui nous regardaient jouer, c’était très impressionnant et émouvant pour moi de voir ces personnes m’applaudir à chaque boule jouée.

J’espère que je pourrai jouer encore longtemps car je trouve que l’ambiance et la convivialité qu’il y a dans ce sport sont magnifiques.

Je tiens à te remercier pour avoir pensé à moi, cela me touche et je trouve que cela est une très bonne idée.

19ème portrait vendredi 12 septembre : Henri CLERC président depuis 30 ans de l’amicale boule de Ceyzériat (voir la photo)

1) A quel âge as tu commencé la boule lyonnaise et où ?

J’ai commencé à l’âge de 30 ans à Ceyzériat en faisant des parties amicales .

2) Pourquoi et comment es-tu venu à la boule lyonnaise ?

Mon beau père Lucien Festas y jouait déjà, je lançais des boules avec lui, cela me plaisait bien et j’ai pris une licence pour faire des concours avec lui et j’ai continué tout naturellement.

3) Quel est ton meilleur souvenir ?

+ J’ai été s/champion de France UFOLEP en 2008 à Port Barcarès avec Robert Paris, Jean-Paul Bernard et le regretté Roger Crétin, nous avons perdu une partie qui était toute gagnée !!!!!

+  Ma qualification au championnat de France quadrette à Bourg en Bresse en 2008 je jouais avec Jean-Paul Bernard, Gilbert Bouvier et Daniel Jacquet, cela nous a permis de monter en national l’année suivante (à cette époque le niveau national était mélangé 1ère et 2ème divisions). En national, je jouais avec Pascal Hantz, Guy Lacroix, Daniel Jacquet et Gilbert Bouvier nous avons passé 4 saisons magnifiques pas beaucoup de victoires, mais de jouer contre des grosses équipes et voir d’autres têtes était très enrichissant et surtout nous avons eu de bonnes et franches rigolades et fait de belles connaissances.     

4) Quelle est ton épreuve préférée ?

J’adore faire les AS et le Quadrette pour l’esprit copains, j’aime bien aussi le double.

J’ai beaucoup aimé  jouer en simple, j’ai fait de très belles parties et j’en ai  gagné pas mal aussi (sans prétention), mais je m’en suis lassé.

5) A ton avis que faudrait-il faire pour améliorer ou simplifier ce sport ou as-tu une conclusion pour cet entretien ?

+ Bien sûr faire venir les jeunes aux boules, mais je sais que c’est très compliqué car ils ont beaucoup d’autres loisirs.

+ essayer d’organiser des journées découverte avec parents et amis pour les inciter à faire le 1er pas mais là aussi je sais que c’est pas facile.

+  je trouve que l’ambiance se perd un peu, mais il faut continuer à garder cette amitié et convivialité.

+  et enfin si je pouvais trouver quelqu’un pour me remplacer !!!!!

Merci à toi et Alain pour nous  mettre en avant sur le site.

18ème portrait vendredi 28 août : Pascal PONSOT joueur et président de Certines (voir la photo)

1) A quel âge as tu commencé la boule lyonnaise et où ?

Je suis venu sur le tard dans les années 90 à 40 ans .

2) Pourquoi et comment es tu venu à la boule lyonnaise ?

Un soir nous étions à l'apéro  chez Dérognat à Certines ( bar avec clos de jeux de boules), il manquait un joueur et j’ai essayé,  conseillé par Filliat Jean Paul et le regretté Jacques Amouroux . Et cela m’a plus de suite et j’ai donc pris ma licence à Certines, dont je suis devenu le président il y a 4 ans .

3) Quel est ton meilleur souvenir ?

Le championnat de l’Ain double à Oussiat, je ne me rapelle plus l’année, je jouais avec la Zoche, nous avions perdu à la bonne mais cela reste un bon souvenir quand même, car nous avions fait de très belles parties.

4) Quelle est ton épreuve préférée ?

Le double car j’aime bien le point et j’essaye de m’équiper avec un tireur.
Je me mets petit à petit au simple car j aime bien aussi, mais vu que je ne tire pas  beaucoup c’est plus compliqué pour moi.

5) A ton avis que faudrait-il faire pour améliorer ou simplifier ce sport ou as-tu une conclusion pour cet entretien ?

Refaire sortir les clos de boules car il n’y en a plus et c’était sympa de jeter des boules les soirs avec des copains.
Trop de concours vétérans la semaine cela handicape beaucoup les AS qui organisent les concours du week-end, les gens jouent plus pour s’amuser et ne jouent plus pour prendre des points.
J’espère que tout va redevenir normal et que l’on pourra continuer à jouer encore longtemps .
Merci à vous pour m’avoir choisi pour ce petit clin d’œil.

17ème portrait vendredi 14 août : un couple bouliste Evelyne et Dominique GUY RCCB (voir la photo)

1) A quel âge as tu commencé la boule lyonnaise et où ?

D. J ai joué de 8 à 15 ans puis j’ai arrêté car je jouais au foot, j’ai repris en 2013 à la boule joyeuse.
E. J’ai commencé tard à 56 ans en 2016 à la boule joyeuse.

2) Pourquoi et comment es-tu venu(e) à la boule lyonnaise ?

D. Mon père et mon frère Robert y jouaient ainsi que mon oncle Laurent Ghisalberti qui lui jouait à haut niveau en Italie et venait jouer souvent en France donc j’allais les voir et j’ai adoré.
E. C’est en venant voir jouer Dominique, je me suis dit pourquoi ne pas essayer et voilà la fièvre des boules m’a prise.

3) Quel est ton meilleur souvenir ?

D. ma finale en cadet avec Alain Pivet, Jean-Paul Perrin dit Mougnot et Denis Promonet .
Et bien sur le championnat de France vétérans à Roanne en 2019 je jouais avec Jaime Lozano, Paul Henri Grivet, Jean Max Philip et Bernard Chanel.
E. Cela ne fait pas beaucoup d’années que je joue, mais j’ai déjà fait 3 championnats de France : en 2017 à Chambéry avec Michelle Vion, Josianne Filliat et Catherine Pierson, en 2018 à Aurillac avec Catherine Paris, Marie The Kowal et Christiane Badoux et en 2019 à Alberville accompagnée de Sylviane Girard, Carmen Roux et Michelle Fructus que de bons et merveilleux moments passés.

4) Quelle est ton épreuve préférée ?

D. Le double que j’affectionne et le fait que je puisse jouer avec Evelyne.
E. Également le double un peu pour la même raison que Dom.

5) A ton avis que faudrait-il faire pour améliorer ou simplifier ce sport ou as-tu une conclusion pour cet entretien ?

D. Comme un peu tout le monde faire venir les jeunes avec des idées nouvelles, mais malheureusement la disparition des clos boulistes a fait beaucoup de tort à ce sport.
Ne pas perdre cette convivialité
E. Plus de concours mixtes car je trouve cela sympa, faire découvrir ce sport aux jeunes féminines car il n’y en a pas assez c’est bien dommage.
Belle initiative de faire des portraits et nous vous remercions d’avoir pensé à nous.

16ème portrait vendredi 31 juillet : Patrick FOREST St Étienne du Bois (voir la photo)

1) A quel âge as tu commencé la boule lyonnaise et où ?

J’ai pris ma 1ère licence à 13 ans au Faubourg de Mâcon en 1971. Et dans la foulée je gagnais mon 1er concours avec Serge Guillot, Thierry Trincéa et Alain Nallet.

2) Pourquoi et comment es tu venu à la boule lyonnaise ?

Mon père Allain y jouait et je le suivais pratiquement à tous ses concours qui finissaient très tard à cette époque.

J ai débuté avec les gens cités ci-dessus mais aussi avec Jacky Vélon, Didier Murard, Roger Fructus et Jean Marc Perrat qui sont devenus des amis.

3) Quel est ton meilleur souvenir ?

J’’en ai beaucoup
- déjà un peu de fierté mais surtout beaucoup de plaisir d’avoir créé l’école de boules de Cras/Reyssouze où ont débuté des joueurs comme Franck Tignat, Gilles Drevet, Alain Pingeon les frères Brevet et Burtin entre autres.
- mes 3 fédéraux cadets de suite et c’était pas facile car à cette époque il y avait 96 équipes voire plus.
- en 1981 le 512 quadrettes de Bellecour avec mon papa Allain, Bernard Pascal et le regretté André Girodon.

4) Quelle est ton épreuve préférée ?

Le quadrette car j’aime bien cet esprit collectif et ce jeu d’équipe et surtout faire passer l'amitié avant le sportif sans négliger bien sur le résultat.
Le sportif aussi car je crois que c’est le seul moyen de faire venir le jeune public .

5) A ton avis que faudrait-il faire pour améliorer ou simplifier ce sport ou as-tu une conclusion pour cet entretien ?

Plus de temps pour jouer les boules au pointeur 1mn me semblerait bien.
Attirer les jeunes car je trouve que dans le secteur on a pris beaucoup de retard, le boulodrome est arrivé trop tardivement à mon goût.
Et pour terminer j’ai une petite anecdote : j’ai arrêté les boules pendant 30 ans pour des raisons professionnelles et familiales et pour les 80 ans de mon papa en 2015 j’ai décidé de lui faire en cadeau de reprendre une licence afin de rejouer avec lui, et bien m’en a pris car je me suis qualifié pour le championnat de France à Chambéry avec Hervé Prabel, Gilles Taponard et Alain Garassus  .
Merci d avoir pensé a moi pour ce portrait.

15ème portrait vendredi 24 juillet : Catherine PARIS présidente de la Boule Joyeuse de St Denis les Bourg (voir la photo)

1) A quel âge as tu commencé la boule lyonnaise et où ?

J’ai commencé à l’âge de 10 ans avec mon grand-père qui habitait Bolozon, on y jouait avec les anciens tous les dimanches.

2) Pourquoi et comment es tu venue à la boule lyonnaise ?

Je jouais au basket et dès que la saison était terminée, notre entraîneur de l’époque qui était aussi un bouliste Daniel SIMONET, nous prenait  en main pour des entraînements spécifiques chez lui uniquement pour jouer le fédéral nous étions 2 équipes à l’époque.

J’ai tout naturellement signé ma 1ère licence à 30 ans à la demande de Dédé MIRMAND, j’étais la 1ère licenciée féminine de la boule joyeuse à st Denis.

3) Quel est ton meilleur souvenir ?

Ma 1ère qualification au championnat de France triple à Chambéry en 2005, je jouais avec Marie Thé KOWAL, Valérie PIN et Josette LOISY on n’a pas fait de miracle car nous avons perdu en poules mais on a bien rigolé et passé de très bons moments.

Quelques bons petits moments passés avec les AS féminines .

4) Quelle est ton épreuve préférée ?

Je préfère jouer en simple même si je ne tire pas, comme cela au moins si ça ne va pas, je ne m’en prends qu’à moi-même.

5) A ton avis que faudrait-il faire pour améliorer ou simplifier ce sport ou as-tu une conclusion pour cet entretien ?

Je pense qu’il faudrait organiser plus de manifestations ou animations  pour les jeunes et surtout pour les jeunes filles car aucune jeune féminine ne prend de licence.

On enregistre de nouvelles licences, mais ce ne sont que des personnes qui arrivent à la retraite et qui se mettent ou remettent aux boules, beaucoup par connaissance, ce qui est bien dommage car si l’on n’arrive pas à trouver des jeunes notre sport va se perdre de plus en plus.

J’adore entrainer les enfants, m’occuper aussi des écoles primaires et je suis ravie et fière quand je vois leur joie et leurs sourires dès qu’ils ont un résultat ou qu’ils gagnent une médaille ou une coupe, cela valorise le travail que l’on fait avec eux la semaine.

Je vous remercie d’avoir pensé à moi pour ce portrait et j’espère que vous allez continuer, car je trouve que cela met en avant des bénévoles pas toujours reconnus, et même certains joueurs (euses) qui méritent aussi cet « honneur ».

14ème portrait vendredi 10 juillet Pierre TOURNIER de l’Amicale Boules du Revermont (Pierrot pour les intimes, mémoire des boules à bientôt 92 ans et avec ses environ 72 licences) (voir la photo)

1) A quel âge as tu commencé la boule lyonnaise et où ?

J’ai commencé à 14 ans à Roissiat

2) Pourquoi et comment es tu venu à la boule lyonnaise ?

Mes parents tenaient l’hôtel bar restaurant de Roissiat « chez Gène » du prénom de mon père (détruit par les Allemands, lors du Grand Brûle, à l’emplacement de l’actuel Candi), où il y avait 2 jeux de boules. Il y avait des lyonnais qui venaient et qui jouaient aux boules, je me souviens d’un nommé Viennot qui n’avait qu’une jambe. On organisait des 32 quadrettes en installant des jeux dans les cours de ferme limités par des fagots ou des bottes de paille, 128 joueurs à qui on servait des écrevisses que j’avais péchées moi-même.

J’ai pris ma 1ère licence à 18 ans à Treffort puis j’ai été licencié à Meillonnas, puis à la Boule Bressane de Bourg avant la création de la société de Roissiat dont j’ai été un des 6 membres fondateurs en 1975. Notre 1er concours en tant que société de Boules de Roissiat a été un 8 quadrettes organisé sur le parking de Courmangoux. La Société a compté jusqu’à une soixantaine de licenciés dont beaucoup de lyonnais. Des joueurs célèbres sont venus jouer à Roissiat (Millon, Cheviet …)

3) Quel est ton meilleur souvenir ?

Une année (je ne me souviens pas quand) au Fédéral où avec Gaby GIRODON, Gaby POTHERAT et Antoine PEREZ nous avons traversé et nous sommes revenus le lundi.

4) Quelle est ton épreuve préférée ?

Pour moi, le but c’était le Fédéral en quadrette.

5) A ton avis que faudrait-il faire pour améliorer ou simplifier ce sport ou as-tu une conclusion pour cet entretien ?

Je dirais comme tout le monde, que la solution serait de faire venir des jeunes mais c’est très difficile.

13ème portrait vendredi 3 juillet : Jean-Paul DRUGUET président de l’Amicale Boules de Viriat et Co-Président du Comité de Gestion de l’Astroboules (voir la photo)

1) A quel âge as tu commencé la boule lyonnaise et où ?

 Houlà... !!!!! Cela fait plus de 60 ans, c'est sûr...

2) Pourquoi et comment es tu venu à la boule lyonnaise ?

 Je suis issu d'une famille dombiste et bouliste ; à  la ferme familiale, il y avait un jeu de boules sommaire, donc on nous apprenait à marcher, et après on se débrouillait comme on pouvait avec les boules.

3) Quel est ton meilleur souvenir ?

J'en citerai deux :

* mon premier championnat de France quadrettes 3ème division, en 1999, à  Jouy-en-Josas, avec Bernard et Bertrand Sauchay, Patrick Nomezine et Roger Robin. Je pense que nous aurions pu faire mieux que de perdre à la partie après les poules, mais nous avons passé un super week-end.

* vers 1975, mon père a redémarré la compétition après une vingtaine d'années d'inactivité; nous avons alors joué ensemble pour la première fois, et nous avons gagné le premier concours de sa reprise en doublettes ; ce n'était en rien une performance historique, mais pour nous c'était un très bon moment.

4) Quelle est ton épreuve préférée ?

J'ai beaucoup aimé joué en simple, où j'ai pris beaucoup de plaisir ; maintenant, avec l'âge, je privilégie les concours en équipes.

J'ai beaucoup apprécié aussi la quinzaine d'années passées au Club de Bourg.

5) A ton avis que faudrait-il faire pour améliorer ou simplifier ce sport ou as-tu une conclusion pour cet entretien ?

Je pense qu'il faudra arrêter un jour de constater la diminution du nombre de nos licenciés, sans rien faire.

Pourquoi ne pas essayer d'inciter fortement chaque licencié adulte à parrainer un nouvel arrivant, en mettant en place parallèlement un système de bonus-malus sur le prix des licences...

Bonne réflexion !!!

12ème portrait vendredi 26 juin : Christiane BADOUX RCCB (voir la photo)

1) A quel âge as tu commencé la boule lyonnaise et où ?

J’ai débuté les boules à l’âge de 35 ans à Foissiat.

2) Pourquoi et comment es tu venue à la boule lyonnaise ?

Mon père y jouait un peu, donc j’allais avec lui histoire de m’amuser le week-end et cela m’a plu. Mais je jouais aussi au rugby (violettes bressanes) donc pas facile à concilier les 2, je m’y suis vraiment mise sérieusement  dans les années 90.
Je jouais en AS à Pont d’Ain puis à St Didier d’Aussiat, et maintenant au RCCB.

3) Quel est ton meilleur souvenir ?

J’en ai plusieurs, mais le plus beau c’est le doublé en 2016 on a gagné le Fédéral en F1/F2 avec Lydie Grenier, Christiane Piromali et Josette Loisy en faisant un super Fédéral on s’est qualifiées pour l’Arbresle et on s’est aussi qualifiées pour le double à Béziers avec Josette et Christiane c’est la meilleure saison de ma carrière de bouliste.
En 1999 j’ai été s/championne de l’Ain en simple 4ème. En 2009 et 2013 victoires au Dynacité.

Et en 2018 championnat de France à Aurillac avec Catherine Paris, Evelyne Guy et Marie-Thé Kowal.
De très bons et émouvants souvenirs.

4) Quelle est ton épreuve préférée ?

J’aime bien les compétitions féminines quelles qu'elles soient et le mixte double ou triple.

5) A ton avis que faudrait-il faire pour améliorer ou simplifier ce sport ou as-tu une conclusion pour cet entretien ?

J’espère avoir la santé pour jouer le plus longtemps possible et que l’on continue à garder un bon esprit une bonne ambiance et surtout l’amitié qui me rapelle un peu celle du rugby.

11ème portrait vendredi 19 juin : Grégory CHABOT Amicale Boules du Faubourg (voir la photo)

1) A quel âge as tu commencé la boule lyonnaise et où ?

J’ai commencé la boule lyonnaise à 14 ans à l’école de boules de Certines ou j’étais entrainé par Mrs Gilbert Clerc et Michel Krebser que je remercie.

2) Pourquoi et comment es tu venu à la boule lyonnaise ?

Ma mère Joëlle  et mon père Jacky y jouaient déjà, donc à force de les suivre et de les voir jouer, j’ai essayé, cela me plaisait et j’ai continué tout en jouant  aussi au rugby (SAB).

3) Quel est ton meilleur souvenir ?

Ma victoire au fédéral 2016 en 3ème division et la qualification pour le France à l’Arbresle j’étais avec Nicolas Pechoux, Quentin Parent, Alex Janin  et jean Paul Perrin (dit mougnot) à l’époque j’étais licencié à Servas.
Mes 1ères victoires en jeune, j’étais content de ramener une coupe ou un médaille à la maison

4) Quelle est ton épreuve préférée ?

Le double mais aussi le quadrette car j’aime retrouver cet esprit d’équipe et l’ambiance de groupe.

5) A ton avis que faudrait-il faire pour améliorer ou simplifier ce sport ou as-tu une conclusion pour cet entretien ?

Que des jeunes se mettent un peu aux boules car cela manque grave .
J’aimerais que le club masculin reprenne en Nat 4 à Bourg car je pense qu’il y a un potentiel avec de bons joueurs sur le secteur et surtout un bel outil avec l’Astroboules.
J’aime bien donner un coup de main aussi pour aider mon AS ou le secteur quand je le peux et je trouve cela logique car on voit toujours les mêmes.
Anecdote : je reviens sur le Fédéral 2016 car c’était la 1ère fois que "Mougnot" allait à un  championnat de France, malgré  sa grande carrière bouliste, donc ont était fier de lui offrir cela et lui très très ému.

Je vous remercie pour cet interview, je trouve cela pas mal j’espère que cela continuera après le confinement.

10ème portrait vendredi 12 juin : Josette LOISY RCCB (voir la photo)

1) A quel âge as- tu commencé la boule lyonnaise et où ?

J’ai commencé très tard la boule lyonnaise, à 50 ans à Cras sur Reyssouze car je n’habitais pas très loin. Je suis licenciée au RCCB maintenant.

2) Pourquoi et comment es-tu venue à la boule lyonnaise ?

Je suis issue de la pétanque et je suis venue aux boules grâce à mon compagnon Jean Jacques Billoud qui lui jouait, on a commencé par faire des complémentaires puis j’ai vu sans prétention que j’avais des "qualités" donc j’ai pris ma licence.

3) Quel est ton meilleur souvenir ?

J’en ai 2 ou 3
- mon 1er championnat de France bien sur, c’était avec Danielle Champell et Dalila Vandenberghe à Chambéry en 2005.
- le 1/4 de finale à Bellecour en 3ème avec Anne Pernaudat
- mais le plus beau c’est en 2016 car on a fait le doublé (double et triple) ont jouait en F1/F2 et ont a été championnes de l’Ain triple en ayant fait un très beau Fédéral et surtout en battant toutes les grosses équipes, ont est allées à l’Arbresle en triple et à Béziers en double, j’étais associée à Christiane Badoux, Christiane Piromali et Lydie Grenier en triple et les 2 Christiane en double, très belle année pour moi .

4) Quelle est ton épreuve préférée ?

J’aime bien jouer en mixte avec un tireur car je ne tire pas.

5) A ton avis que faudrait-il faire pour améliorer ou simplifier ce sport ou as-tu une conclusion pour cet entretien ?

Je regrette qu’il n’y ait plus de bol d’or comme avant (Bourg, L’Abergement, Mâcon) car on se régalait à jouer, on rigolait bien et ont passait de très bons moments.
J’adore aussi faire du bénévolat, je trouve que cela lie des liens d’amitié, de convivialité et humains notamment pour les championnats de France.
Pour le sportif j’aimerais avoir un peu plus d’épreuves de point avec de nouvelles épreuves, comme le point de précision en club.

Merci d avoir pensé à moi.

9ème portrait vendredi 5 juin : Patrick PIGUET Président de l’Amicale Boules du Faubourg, Président du Secteur Bouliste Bressan et co-président du Comité de Gestion de l’Astroboules (voir la photo)

1) A quel âge as tu commencé la boule lyonnaise et où ?

J’ai commencé la boule lyonnaise à 9 ans en minime cela va faire 50 ans en 2021 j’étais licencié à la Boule du Stand à Bourg, on était managés par Mrs Marcel Futelot, Gaston André et Maurice Rouffet "dit la ronfle" de vrais passionnés.

2) Pourquoi et comment es tu venu à la boule lyonnaise ?

On était une bande d’une dizaine de jeunes des Vennes et on allait s’entraîner les jeudi après midi, samedi et dimanche on en jetait des tombereaux.
A cette époque on faisait des concours minimes /cadets une à deux fois par mois.
Certains ont continué comme Pascal Chamonal (Izernore), Martial Piguet (Faubourg) et Claude Morel (Messia).

3) Quel est ton meilleur souvenir ?

J’en ai beaucoup :

- ma sélection en équipe de France en  1977/1978 en cadet mais je regrette d avoir été écarté à la dernière minute, je n ai jamais compris  pourquoi et cela aux dépens du fils .... dont le père était haut dirigeant à la Fédé ceci expliquant cela.

- puis mon 1er France en 3ème avec Pompon Lacroix, Jacky  Chabot (papa de Greg Chabot avec qui je me suis qualifié  en 2019) et Eric Couard qui n’avait pas pu disputer les 1/2 et la finale du Fédéral car il se mariait le samedi, on s’était qualifiés à Bourg  en 1986 .

- ma 1ère année en 2ème division où je me casse le bras 15 jours avant le Fédéral. Mes coéquipiers de l’époque Fabien Couard, Patrick Nomezine, Martial Piguet et Frédéric Nicolas m’ont promis de le gagner pour moi et ils l’ont gagné ce Fédéral en m’offrant donc la qualif pour le France à Villefranche sur Saône en 2009.

- mais le plus beau c’est le titre de champion de France en 2014 avec l’équipe féminine, le 1er titre national  pour le secteur en club c’est une fierté et restera une fierté rare pour moi on a eu la Marseillaise que pour nous c’était énorme, même si le 2eme était tout aussi beau le 1er restera unique avec cette extraordinaire ambiance a St Vulbas.
J’en ai beaucoup d autres mais je ne peux pas tous les exposer.
Je profite de l’instant pour remercier tous mes équipiers qui ont joué avec moi, ils se reconnaîtront.

4) Quelle est ton épreuve préférée ?

J’aimais bien le simple mais je ne suis plus assez calme pour y rejouer, faire le 5ème avec une belle équipe de copains me suffit largement maintenant.

5) A ton avis que faudrait-il faire pour améliorer ou simplifier ce sport ou as-tu une conclusion pour cet entretien ?

Là aussi j’ai beaucoup à dire .
Mais le plus important c’est de faire venir les jeunes et développer le féminin.
Que la fédé respecte un peu plus la base et surtout ses dirigeants.
Et que l’on arrive à trouver des bénévoles car certains s’épuisent et se lassent.
Maintenant que je joue moins j’adore coacher le club féminin et surtout m’occuper d’organisation de manifestations.
Je tiens en tant que président de secteur à remercier très chaleureusement tous les présidents D'AS et tous les bénévoles qui nous aident de week-end en week-end.

8ème portrait vendredi 29 mai : Josianne BELAY bénévole assidue (voir la photo)

1) A quel âge as tu commencé la boule lyonnaise et où ?

J’ai commencé les boules à 12 ans au RCCB.

2) Pourquoi et comment es tu venue à la boule lyonnaise ?

Mes parents habitaient en face du clos SNCF et mes 2 frères aînés Jean marc et Christian  jouaient déjà à la lyonnaise , et je m’y suis mise tout naturellement.

3) Quel est ton meilleur souvenir ?

Mon meilleur souvenir c’est en 2003 ont s’est qualifiées pour le championnat de France double à  Thones avec Paule Dodard.
Mais malheureusement suite à une opération de la main j’ai dû arrêter les boules plus tôt que prévu, je n ai jamais pu reprendre à mon grand regret.

4) Quelle est ton épreuve préférée ?

J’adore le point ciblé des AS et le double en pointeuse.

5) A ton avis que faudrait-il faire pour améliorer ou simplifier ce sport ou as-tu une conclusion pour cet entretien ?

Je me suis mise au bénévolat car j’adore ça, mais surtout j’adore la sympathie et l’amitié qu’il y a dans ce sport entre les joueurs et les bénévoles, notamment au fédéral et aux championnats de France.
On se fait beaucoup de copains voire même d’amis dans ce monde bouliste.
Je suis et serais toujours disponible quand on me le demandera car j’aime ça et c’est ma façon à moi de rester au contact de la boule lyonnaise.

7ème portrait vendredi 22 mai : Gérard COLIGNON de l’Amicale Boules de Viriat (voir la photo)

1) A quel âge as tu commencé la boule lyonnaise et où ?

J’ai commencé les boules en rentrant de l’armée, je devais avoir 20 ans, à cette époque  j’étais licencié à Viriat, où je suis de nouveau licencié.

2) Pourquoi et comment es tu venu à la boule lyonnaise ?

Mon frère Michel y  jouait déjà et un jour je suis allé avec lui, cela m’a bien plu et j ai continué. 

3) Quel est ton meilleur souvenir ?

mon meilleur souvenir c’est en 1990, j’ai été champion de l’Ain en 4eme D avec les regrettés  Taty GUENIN, Bouboule MERCIER et Maurice DAN, on est allés au championnat de France à  Bordeaux... super souvenir !!!

4) Quelle est ton épreuve préférée ?

Avant j’aimais bien le simple, mais maintenant que je tire de moins en moins,  je préfère pointer en double ce qui me convient le mieux.
J’aime bien regarder les matchs de club aussi.

5) A ton avis que faudrait-il faire pour améliorer ou simplifier ce sport ou as-tu une conclusion pour cet entretien ?

Il y a beaucoup de chose à dire, mais je pense que le bénévolat se perd c’est toujours les mêmes qui sont là, il faudrait des jeunes pour nous succéder et nous soulager.
Je terminerais en souhaitant que l’on garde toujours dans ce sport cet esprit de convivialité, d’amitié et continuer de terminer les compétitions par des "petites soirées ou 3ème mi-temps" improvisées …

Merci d’avoir pensé à moi pour ce clin d’œil.

6ème portrait vendredi 15 mai : Emily NIOGRET Amicale Boules du Faubourg (voir la photo)

1) A quel âge as tu commencé la boule lyonnaise et où ?

J’ai débuté à 6/7ans a Montréal la Cluse, j’avais 2 super entraîneurs que je ne remercierais jamais assez et que je n’oublierais jamais : Pierre Couty et Fred Longo qui m’ont suivie et fait progresser pendant des années.
Si j’ai pu gagner des compétitions c’est grâce à eux.

2) Pourquoi et comment es tu venue à la boule lyonnaise ?

Je suis venue aux boules car mon grand père, mon père et mon frère jouaient déjà. J’ai baigné dedans et c’est un sport que j’aime bien. Machinalement j’ai intégré le CFB de Montreal où l’on était une trentaine d’enfants. On apprenait les boules mais pas que, on pouvait faire d’autres jeux aussi ...

3) Quel est ton meilleur souvenir ?

J’en 3 ou 4 mais les 2 meilleurs sont :

- ma victoire en 2012 à Bellecour (plus belle encore car c’était la 100ème édition) en -15 ans avec Aurélien Niogret, Lilian Pesse-Girod et Simon Taviaux on étaient coachés par Régis Faivre et Cédric Piguet c’était plus une équipe de copains on est venus pour faire 2 ou 3 parties et finalement à la surprise générale on a battu tous les favoris. 

- mon 2ème c’est quand j’ai gagné le titre de championne de France en combiné à Rochefort en 2013 c’était ma 1ère année de -18 ans vraiment énorme pour moi. 

- je n’oublie pas mes 2 titres en club à Bourg 2014 et 2017 et je tiens à remercier Pat Piguet de m’avoir fait confiance malgré mon jeune âge.

4) Quelle est ton épreuve préférée ?

Le combiné car je trouve cette épreuve complète et cela me correspond bien (c’est en voyant jouer mon idole depuis toute petite Cécile Lamolère Alonzi que j’ai pris goût à faire du combiné).

5) A ton avis que faudrait-il faire pour améliorer ou simplifier ce sport ou as-tu une conclusion pour cet entretien ?

Il y a beaucoup de choses que l’on pourrait améliorer au niveau féminin je parle.
- organiser plus de concours féminins et les valoriser comme ceux des hommes.
- catégorisation, trop d’écart de niveau entre les filles que se soit entre les 3 et 4 ou les 2 et 3, même au niveau du super 16 je trouve qu’il y a trop de différences (quand tu vois qu’une F4 peux jouer en super 16 y a un petit problème).
- les clubs sportifs élite, seules 2 ou 3 équipes peuvent prétendre au titre, les autres ne jouent que pour les places d’honneur ou le maintien, j’ai peur qu'à l’avenir ces clubs meurent  petit à petit.
- pour terminer j’ai un petit regret quant aux sélections des équipes de France jeunes, les sélections se faisaient (et se font toujours je pense) plus par affinité ou préférence de joueuses de grand club que par les performances des filles tout au long de l’année, on n’a pas assez donné la chance à certaines filles qui le méritaient.

Merci d’avoir pensé a moi pour cet interview.

5ème portrait vendredi 8 mai : Roger FRUCTUS de la boule fraternelle de Polliat (voir la photo)

1) A quel âge as tu commencé la boule lyonnaise et où ?

J’ai débuté à l’âge de 8 ans à Meximieux.

2) Pourquoi et comment es tu venu à la boule lyonnaise ?

 J’habitais à "la Côte" petit hameau a côté de Meximieux où il y avait un bar/restaurant avec 2 jeux de boules et tous les dimanches avec mon père et des amis on s’y retrouvait pour y jouer.
Cela me plaisait et j’ai donc continué.

3) Quel est ton meilleur souvenir ?

Sans hésiter Chambéry quadrette en 2014, je jouais avec les frères DRUGEON Jean-Marc et Pascal, Jacky BOISSON et le regretté Alain GILLET on a perdu en finale que de regrets !!!
Mais un magnifique souvenir.

4) Quelle est ton épreuve préférée ?

Le simple car je suis plus un joueur "individuel" que collectif .

5) A ton avis que faudrait-il faire pour améliorer ou simplifier ce sport ou as-tu une conclusion pour cet entretien ?

J’aimerais que l’on retrouve cet esprit de convivialité et d’amitié pendant et surtout après les concours comme cela ce faisait avant. Car maintenant les joueurs viennent, jouent et s’en vont une fois qu’ils ont perdu.

4ème portrait vendredi 1er mai : Sylvie DEMERS de St Etienne du Bois (voir la photo)

1) A quel âge as tu commencé la boule lyonnaise et où ?

J’ai débuté à l’âge de 20 ans à la Boule du port de Pont d’Ain.

2) Pourquoi et comment es tu venue à la boule lyonnaise ?

Je jouais et entrainais au foot et une joueuse de mon équipe  Cécile PERDRIX m’a fait découvrir la boule lyonnaise, j’ai essayé et je n’ai jamais arrêté

3) Quel est ton meilleur souvenir ?

Mon meilleur souvenir est Aurillac en 2017, je jouais avec Paule DODARD et ma soeur Sophie qui commençait seulement les boules, qu’est ce que l’on a rigolé !!!
Je n’oublie pas non plus ma 1ère qualification en 2012 à Vichy  à l’époque je jouais a St Didier d’Aussiat avec Ophélie DARBON, Isabelle BANAND et Dalila VANDENBERGHE.

4) Quelle est ton épreuve préférée ?

Le tir de précision que je peux faire rarement malheureusement.

5) A ton avis que faudrait-il faire pour améliorer ou simplifier ce sport ou as-tu une conclusion pour cet entretien ?

J’en reviens au tir de précision, pourquoi ne pas l’inclure dans le championnat des AS ce qu’il me semble serait une bonne chose et nous changerait de ces 2 cibles dans les 5 cercles.
Je trouve que nous ne sommes pas assez au courant des règlements qui changent régulièrement.
Pourquoi ne pas faire des formations ou stages avec des arbitres 2 à 3 fois par an pour apprendre et gérer certaines situations ou avoir un règlement à jour avec nos licences.

3ème portrait vendredi 24 avril : Pascal PETROP Amicale Boules de Péronnas (voir la photo)

1) A quel âge as tu commencé la boule lyonnaise et où ?

J ai commencé la boule lyonnaise  assez tard  à 38 ans, j’etais licencié a la JL.
J’avais déjà essayé en cadet mais je n’ai pas accroché car je préférais la pétanque. 

2) Pourquoi et comment es tu venu à la boule lyonnaise ?

J’y suis revenu pour sa convivialité et surtout  je trouve que le jeu est plus cadré et mieux réglementé.

3) Quel est ton meilleur souvenir ?

J’en ai 2 mais incontestablement le championnat de France quadrette à Bourg en Bresse en 2015 car je jouais avec mon père Robert, on a perdu en 1/2 finale on était associés à Roland BRESSOUS, Jean Pierre NICOD et Christian BIZAUD, c’était beaucoup d’émotions de jouer devant la famille, les copains et les amis.
Et le 2eme c’est la finale du championnat de France simple à Auxerre en 2017.

4) Quelle est ton épreuve préférée ?

J’adore jouer milieu au triple même si je trouve qu’il n’y a pas assez de concours et que cette épreuve devrait être plus valorisée

5) A ton avis que faudrait-il faire pour améliorer ou simplifier ce sport ou as-tu une conclusion pour cet entretien ?

J'espère qu’une solution va être trouvée pour les mutations de joueurs qui montent en M2 et sont isolés ex : mutation gratuite pour aller jouer dans un autre secteur afin de compléter une équipe.

2ème portrait vendredi 17 avril : Patrick NOMEZINE de l’Amicale Boules de Servas (bien qu’il ne soit pas membre du Comité de Gestion de l’Astroboules, Patrick fait partie des bénévoles toujours présents pour les chantiers d’entretien du boulodrome) voir la photo

1) A quel âge as tu commencé la boule lyonnaise et où ?

J ai commencé la boule lyonnaise à l’âge de 16 ans à Chalamont

2) Pourquoi et comment es tu venu à la boule lyonnaise ?

Je faisais du foot et des copains jouaient aux boules, j ai essayé et j’ai adhéré tout de suite. J ai débuté avec mon frère Daniel du temps de Mr Lamarche

3) Quel est ton meilleur souvenir ?

Sans hésitation le championnat France double M2 à Rochefort en 2005 avec Bertrand Sauchay. Mais mon plus mauvais : perdu à la bonne au championnat de l’Ain double à Belley avec mon frère Daniel.

4) Quelle est ton épreuve préférée ?

Le quadrette car j’aime bien l’esprit d’équipe

5) A ton avis que faudrait-il faire pour améliorer ou simplifier ce sport ou as-tu une conclusion pour cet entretien ?

Tout d abord supprimer le triple pour revaloriser le traditionnel.

Faire venir des jeunes aux boules les former et les motiver afin qu’ils continuent dans ce sport

et surtout les garder et en faire des bénévoles.

Nous profitons de ce portrait pour rappeler à votre souvenir Daniel NOMEZINE frère de Patrick récemment décédé

1er portrait vendredi 10 avril : Pascal HANTZ président de l’Amicale Boules de St Etienne du Bois (et par ailleurs trésorier adjoint du Secteur Bressan et du Comité de Gestion de l’Astroboules)  voir la photo

1) A quel âge as tu commencé la boule lyonnaise et où ?

J ai commencé à 23 ans à St Etienne du Bois

2) Pourquoi et comment es tu venu à la boule lyonnaise ?

Je jouais au foot et suite à une blessure j’ai dû arrêter. Mon voisin Léon RENOUD « un ancien » qui jouait aux boules m’a demandé de l’accompagner un jour, j’ai essayé et je n’ai jamais arrêté

3) Quel est ton meilleur souvenir ?

J’en ai 2 qui me tiennent un peu plus à cœur : mon 1e championnat de France en 2001 à Mâcon, j’étais équipé avec Christelle et Gérard PRODANU et Jean Claude GAUTHEY et le second ma montée en M2 où j’ai joué 6 ans très belle expérience

4) Quelle est ton épreuve préférée ?

Le quadrette car j’aime bien jouer collectif et en équipe

5) A ton avis que faudrait-il faire pour améliorer ou simplifier ce sport ou as-tu une conclusion pour cet entretien ?

Je regrette que des équipes s’inscrivent à des concours et ne viennent pas, je trouve que c’est un manque de respect aux dirigeants, il faudrait arriver à faire payer les équipes à leur inscription